quand papa et maman ne sont pas mariés

« On s’en fout on est en 2016, quand même« , te dis-tu. Et je me disais exactement la même chose au moment où nous avons décidé de concevoir notre premier bébé : pourquoi faire les choses dans l’ordre ? Qu’est-ce que ça fait si on n’est pas mariés, tant qu’on s’aime fort fort fort ? Et à part la tata-relou qui t’aura fait une réflexion sur le fait que vous ne soyez pas passés par la case mariage avant de devenir parents, tout le monde l’aura bien pris et se montrera très moderne à ce sujet.

annegeddes2
Crédit photo : © Anne Geddes

Sauf que… Bah oui y’a quelques inconvénients auxquels tu n’avais pas pensé.

Si tout le monde vit le remue-méninges que constitue le choix du prénom de bébé, certains se coltinent en plus, le choix du nom de famille. Est-ce que bébé portera seulement le nom de papa ? Mais à ce moment-là ça veut dire que maman ne portera pas le même nom que la chair de sa chair (ce qui peut amener à quelques quiproquos, à la crèche, à l’école, vis-à-vis de l’administration…) ! Les deux noms collés alors ? Mais s’ils se marient plus tard, maman ne pourra pas prendre juste le nom de papa, puisque bébé aura déjà les deux noms ? (Tu sens la prise de tête là) (Eh non, il n’y a pas de bonne réponse à ces questions)3 J’ai une amie dont le compagnon ne voulait pas qu’elle donne son nom au bébé. C’était le sien, point, pas de discussion. J’ai de la chance, ça n’a pas été notre cas… Au contraire, il m’a laissé me prendre la tête toute seule, sachant qu’il y aurait au moins le sien, c’était à moi d’endosser la responsabilité de donner mon nom ou pas.

Se pose également le problème des impôts. Quand on est mariés ou pacsés, on peut déclarer ses revenus ensemble, quand on est en concubinage c’est chacun ses sous. Sauf que bébé ne peut se greffer que sur une seule feuille d’impôts. Alors qui remportera le gros lot ? Celui qui gagne le plus ? Et si ça change d’une année sur l’autre (genre, congé parental, toussa…) ? Et si les deux parents gagnent la même chose ? Et puis c’est pas juste qu’il n’y en ait qu’un qui paie moins d’impôts, puisque le bébé a été fait à deux. (Oulala, encore de la prise de tête en perspective !)

Finalement, notre fille porte nos deux noms. Celui du papa, un espace, le mien. Je me suis dit qu’elle pourrait ne se faire appeler que par le premier. Et idem pour moi si on se mariait un jour. Mon nom sera un bonus, un rappel d’où l’on vient. Ce n’est pas un choix anodin car nous nous sommes engagés à donner les deux noms à tous nos futurs enfants !

Quant à l’épineux problème des impôts, il ne se posera pas tout de suite puisque je serai en congé parental puis à mi-temps, ce qui fera un joli trou dans nos finances et me rendra probablement non-imposable…et ensuite… nous cèderons et nous pacserons, pas le choix, en attendant d’un plus grand (et plus romantique) événement !