il faut une fleur

pourquoi je n’aime pas les « grammar nazis »

« Apprend à écrire et on en reparle ! »

Qui n’a jamais lu cette phrase, qui, en général clôturant un débat, vient imposer une sorte de hiérarchie entre celui qui connaît ses règles de conjugaison, et l’autre, ce cancre, qui n’aurait même pas la décence d’ouvrir un Bescherelle et s’évertue à infliger sa grammaire approximative aux amoureux de la langue française ? Cette même phrase sous-entend que la discussion n’a pas lieu d’être, car s’abaisser à débattre avec quelqu’un qui « ne sait même pas écrire » serait tout simplement une perte de temps.

Mais est-il réellement indispensable de connaître et maîtriser les règles de grammaire et d’orthographe pour avoir le droit de s’exprimer ? Doit-on se résoudre à se taire si tel n’est pas le cas ? A toutes ces personnes qui se refusent à lire un texte mal orthographié : n’avez-vous pas peur de passer à côté d’idées brillantes sous prétexte qu’elles ne viennent pas présentées dans l’écrin que vous attendiez ?

carnet

« Je ne te lis même pas, il y a trop de fautes, ça pique les yeux. »

La langue française est avant tout un outil de communication. Si l’on apprend à parler, puis à lire et à écrire, c’est dans le but de transmettre des messages. Certes la langue écrite vient avec un code à respecter, mais il faut avouer qu’il est compliqué et que nous ne sommes pas égaux dans son apprentissage. Le respect de ce code a pour seul but celui de créer un confort de lecture, confort qui est exigible quand on lit un livre, un document officiel, une lettre de motivation, un article de blog… Mais si ton neveu Kévin t’envoie une carte postale bourrée de fautes pour te raconter ses vacances, vas-tu la jeter à la poubelle sans la lire ? Bien sûr, une grosse faute au milieu d’une lettre d’amour, ça fait tache. Mais ça n’enlève en rien les sentiments, l’attention. Si tu en viens à rejeter un(e) amant(e) avec pour motif une faute d’orthographe dans ta carte de saint Valentin, pose-toi des questions* !

* Sauf, bien sûr, si c’est ton prénom qu’il ou elle a mal écrit.

robert doisneau
Crédit photo : Robert Doisneau.

Une personne qui t’écrit, même maladroitement, cherche à communiquer avec toi : la rejeter est un manque de respect. Et s’attacher à la forme plutôt qu’au fond, n’est pas une preuve d’intelligence ou de supériorité. A ma connaissance, le fait de savoir qu’à la deuxième personne du singulier le verbe prend un « s » ne fait pas de toi un génie, et jusqu’à preuve du contraire, lire un texte comportant des fautes de français n’a encore rendu personne aveugle !

3 thoughts on “pourquoi je n’aime pas les « grammar nazis »

  1. Virée dans l'espace

    J’aime beaucoup ton article. Il est vrai que l’orthographe n’est là que pour avoir un confort de lecture. La langue française est bien compliquée, j’ai eu la chance d’avoir une mamie qui m’a appris toutes les règles. L’orthographe est un premier facteur de sélection.

  2. elo

    Moi aussi je fais quelques fautes d’orthographe , même dans mes articles (malheureusement) mais j’estime que tant que je n’écris pas en langage  » wesh  » ça reste quand même assez correct dans l’ensemble et que l’on me comprend Et que si les yeux de certains piquent  » trop  » ils n’ont qu’à aller voir ailleurs tout simplement :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *