lettre à najat

Chère Najat,

Je t’écris aujourd’hui car nous avons un point commun : dans quelques jours, nous ferons toutes les deux notre première rentrée au sein de l’Éducation Nationale. Toi, première femme à la tête du Ministère. Moi, aux pieds et aux lacets de trente petites sections. Une rentrée plutôt désorganisée, mêlant stress et incertitudes (combo gagnant).

Soyons courageuses ! Car ce sera un début d’année difficile, pour toi comme pour moi.

nvb
Crédit photo © parti socialiste.

Toi, tu reprends les rennes d’un ministère en pleine refondation, après avoir créé la polémique à droite en défendant l’« ABCD de l’égalité ». Ta nomination est perçue comme une provocation. Et tu vas devoir remonter tes manches si tu veux mener à terme la réforme des rythmes scolaires ! Ce n’est pas un cadeau que tes prédécesseurs t’ont laissé. Aujourd’hui, un million de fonctionnaires attend de voir ce que tu lui réserves. Non, décidément, tu n’as pas hérité du plus facile des ministères lors de ce remaniement.

Moi, je serai à mi-temps avec mes petites sections, mais aussi en formation à la fameuse « école supérieure du professorat et de l’éducation » créée cette année. Sauf que je ne sais pas du tout ce que me réserve cette fameuse formation qu’on m’a promise, puisque je suis déjà titulaire du master 2 que mes collègues stagiaires suivront en alternance. Devrai-je m’inscrire à nouveau au master que j’ai déjà validé ? Mes nombreuses questions restent sans réponse, et je ne reçois qu’un mail sur deux parmi ceux qu’envoient les services académiques aux stagiaires. En plus, je n’ai connu mon affectation qu’après le début des grandes vacances, le 18 juillet : je n’ai pas pu contacter mon école, ni la collègue qui prendra en charge la classe le reste de la semaine. Je ne suis même pas sûre d’avoir des petites sections puisque le mail d’affectation précisait que le niveau pouvait changer à la rentrée…

Difficile d’aborder sa première rentrée sereinement et de se préparer dans ces conditions. Quelle organisation ! Serrons-nous les coudes, soyons fortes, car dans le cas contraire, ce sont les élèves qui en pâtiront.

Bon, je te laisse, je vais essayer une nouvelle fois d’appeler mon école. Après tout, la rentrée, c’est la semaine prochaine.

Kiss kiss,
Princesse Vivi.

7 Replies to “lettre à najat”

  1. Bonne reprise !

  2. Merci ! A toi aussi :D

  3. Bienvenue au sein du mammouth! :)
    Tu vas vite te faire à la désorganisation, on s’y fait, on s’adapte :)

  4. juste bon courage ma pauvre pas simple tout ca pour toi. pour elle on s’en fou un peu quoi que non car elle gagne bcp trop de sous a la fin de moi. Appelle son cabinet loool

  5. Merci ! J’étais déjà prévenue avant ça va, j’évite les mauvaises surprises… (même si on aimerait que ce soit plus simple). C’est vrai que Najat aura quelques zéros en plus que moi sur son bulletin de paie, et en plus, elle est sûre d’être payée à la fin du mois…! ^^

  6. […] été plus que silencieuse ces derniers mois. La faute à un travail très prenant, ne me laissant que peu de temps pour me distraire, pour écrire, pour souffler… Et pourtant, […]

Laisser un commentaire