il faut une fleur

quand bébé n’a pas compris de quel côté était la sortie

Ahlala, sacré bébé !

Lors de la troisième échographie, toute émue de voir la bouille de la chair de ma chair, je ne m’attendais pas à ce que le radiologue m’annonce que cette crevette s’était bien retournée, mais dans le mauvais sens. La tête en haut. Zut.

Alors que mes amies enceintes annonçaient toutes heureuses que « bébé prend la direction de la sortie« , je déclarais, un peu inquiète… « bah le mien il est en siège« .

La plupart des gens te diront qu’il a encore deux mois pour se retourner, et c’est vrai. Sauf qu’il profite de ses deux mois pour s’engraisser et qu’il a de moins en moins de place pour se retourner… donc en vrai il n’a pas deux mois.

annegeddes4
Crédit photo : © Anne Geddes

A peine sortie j’ai donc commencé à me renseigner sur internet, et auprès de la sage-femme avec laquelle j’avais rendez-vous dès le lendemain. Il y avait donc plusieurs possibilités.

  1. Bébé finissait par se retourner avant le jour J, avec ou sans mon aide. Je suis allée voir une ostéopathe qui m’a montré quelques positions pour favoriser les mouvements du bébé, l’aider à se retourner. J’ai aussi tenté l’acupuncture. Et la sage-femme m’a parlé de la version, possible vers la 36ème semaine. Si j’ai tenté les méthodes douces qui pouvaient aider bébé à se retourner, j’ai beaucoup réfléchi et décidé de ne pas opter pour la version. D’abord parce que ça fait mal (même si apparemment le bébé ne sentirait rien…), ensuite parce que ça ne marche pas toujours, et que même quand ça marche le risque est que bébé se retourne une nouvelle fois pour retrouver la position qui lui plaisait. Et c’est surtout ça qui me dérange : après réflexion, je considère que si mon bébé reste en siège, c’est aussi parce que quelque part il se sent bien dans cette position. Et le déranger, le forcer à se retourner, ça m’embête. Donc j’ai tiré un trait sur la version et envisagé que mon bébé reste en siège.
  2. Bébé ne se retournait pas et nous envisagions l’accouchement par voie basse… en siège. Et ça fait flipper. Parce que ce n’est pas si courant. Parce que pour la majorité des gens, siège = césarienne. Et parce que pour qu’on t’autorise à accoucher par voie basse alors que ton bébé est en position de siège, il faut montrer patte blanche. Et patte blanche, c’est : que tu sois hyper motivée pour pousser, car l’équipe ne pourra pas t’aider ni utiliser d’instruments ; que bébé soit en bonne santé et ne montre aucun signe de faiblesse ; que le travail soit « royal » et rapide, car on se donne moins le temps pour un accouchement par le siège que pour un accouchement classique… et enfin, et surtout : une radio du bassin et une mesure de la tête de bébé qui prouvent que cette fameuse tête passera et ne restera pas coincée…(et ça, tu n’auras la réponse définitive qu’à la toute fin : suspense jusqu’au bout). Cela fait beaucoup de conditions et de pression sur tes épaules pour prendre la décision : comment savoir si j’ai vraiment envie de tenter cet accouchement par voie basse alors que je serai beaucoup plus surveillée et du coup, plus médicalisée que pour un accouchement « classique » ? Je n’ai jamais accouché, je ne sais pas si je suis capable de pousser comme une reine, sans aide. Accoucher par voie basse alors que son bébé est en siège, ce n’est pas une décision facile à prendre, ça fait peur.
  3. Bébé ne se retournait pas, mon bassin était trop étroit et tout cela finissait en césarienne programmée. C’est là que m’est venue l’envie impérieuse de rédiger un projet de naissance, dont je te parlerai plus amplement dans le prochain article. Car la césarienne, ce n’est en principe pas le rêve de toutes les futures mamans (sauf de celles qui ont vécu un accouchement par voie basse atroce). Beaucoup m’ont dit « mais c’est pas si terrible« , « quand t’as pas le choix t’as pas le choix » (quand c’est un mec qui te sort ça tu as envie de répondre « mais de quoi te mêles-tu?« ) et autres « mieux vaut une césarienne qu’un périnée bousillé« . Sauf que si une césarienne c’était si génial, tout le monde en voudrait. Mais en réalité, ton périnée est peut-être intact, mais tu as une cicatrice et tu mets plus de temps à t’en remettre (avec un séjour à l’hôpital plus long, ne pas pouvoir marcher, ni se doucher correctement à cause de la cicatrice et du pansement). Certaines femmes ne se sentent plus actrices de leur accouchement, et ont l’impression qu’on leur a volé ce moment, la naissance de leur bébé. C’est pas rien. Mais moi, ce qui m’a le plus dérangée dans ce que j’ai lu, et ce qui m’angoisse beaucoup, c’est que dans de nombreux cas, non seulement le papa n’a pas eu le droit d’être présent, mais en plus, la maman n’a pas eu le temps de voir son bébé (ou alors trente secondes) avant d’être séparée de lui de longues heures passées en salle de réveil. Certaines ont même découvert leur bébé lavé, habillé et nourri à leur retour dans la chambre… Et ça c’est un vrai cauchemar !

 J’ai donc rédigé un projet de naissance (que tu pourras lire lundi prochain !) pour me rassurer, et faire le point sur ce que je ne veux pas (car il est possible de bien vivre une césarienne si on en discute avant). Je te dirai bientôt à quel accouchement j’aurais eu droit !

7 thoughts on “quand bébé n’a pas compris de quel côté était la sortie

  1. Sous l'océan

    Oh tu as bien raison de faire un projet de naissance.
    Pour mon aînée qui se présentait en siège j étais très jeune et je ne m’en suis pas trop préoccupée mon bassin permattant un accouchement pas voie basse.
    Et ce qui m’a traumatisé dans ctte césarienne ce n’ai ni l’opération ni la cicatrice ou la douleur mais bien l’absence de ma fille pendant 4 longues heures quand j’étais en salle de réveil. En plus le papa n’était pas là ce jour là car la césarienne n était pas programmée.
    Pour cette 4 ème grossesse le siège semble se profiler aussi même si rien n’est définitif je passerais donc sûrement par la case césarienne à nouveau et je pense que l’hôpital et mon mari m’entendront beaucoup avant pour que je sois sûre de retrouver ma puce pour une première tétée en salle de réveil (même si je suis groggy et que le papa devra pas mal m’aider )

  2. Violaine Post author

    @ Mademoiselle Farfalle : Je suis allée lire ton article :) On m’a déjà prévenue qu’on ne me déclencherait pas…Et qu’au moindre problème ce serait la césarienne! Mais d’après le scanner j’ai un bassin bien large… Verdict d’ici quelques petites semaines (je suis à 38) ;)
    @ Sous l’océan : Effectivement il faut bien discuter avec l’équipe et faire son projet, a priori si j’ai une césarienne le papa pourra être là, ainsi que bébé en salle de réveil…La seule chose sur laquelle je n’ai pas le choix c’est la péridurale qui est obligatoire dans cette maternité en cas de siège. Pour le reste ils sont assez ouverts!

  3. Fleur

    Tu as bien raison de faire un projet de naissance. Renseigne-toi sur comment la césarienne est pratiquée dans ta maternité : il y a de grosses différences de l’une à l’autre.
    Moi j’ai accouché par césarienne (bébé n’avançait plus après 18h de travail), et c’était vraiment une belle naissance. Pour cela :
    1° césarienne avec anesthésie locale (on vit l’accouchement)
    2° bébé présenté dès sa sortie
    3° 20 minutes sans le bébé, le temps qu’on me recouse (pendant ce temps là, il était avec le papa, c’est bien aussi, et a reçu ses 1er soins)
    4° le temps de la surveillance post opération (2 heures je crois) : j’étais avec le papa et mon bébé dans les bras (et au sein), dans le couloir avec les équipes médicales qui vaquaient à droite et à gauche (heu…je ne regardais que mon bébé, alors j’ai vu ce qu’ils faisaient…le compte-rendu de l’accouchement je crois). Condition importante : ne pas qu’on te laisse dans une salle post opératoire toute seule pendant ce temps là / que tu t’assures bien que tu seras avec le bébé même si tu n’es pas encore remontée en chambre.
    Pour le reste, je n’ai pas eu mal, la cicatrice est presque invisible, et mon périnée n’a pas trop souffert (enfin faut pas rêver il « souffre » pendant les derniers mois de grossesse).
    Ce n’était pas une césarienne choisie, mais ce fut un moment merveilleux…et après coup, bien plus que si j’avais dû souffrir après d’une épisio ou déchirure.
    Donc renseigne-toi bien, et ce sera votre moment à tous les deux !

  4. Catherine

    Bonsoir,

    j’ai lu votre post qui m’a rappelé des souvenirs : il y a un an, j’attendais ma petite fille prévue pour le 19 juin. Il se trouve que j’ai une malformation de l’utérus : une paroi qui le sépare en deux partiellement. Ma fille avait donc choisi la position idéale pour elle dans cet endroit à l’étroit : en travers ! Et compte tenu de la malformation, acupuncture et version donc contre-indiquées.

    Je me préparais donc à regret à une césarienne. Vers le 20 mai, le gynéco me dit que surtout, si j’ai des contractions, je viens le plus vite possible pour éviter une rupture de la poche qui entrainerait une césarienne en urgence. Césarienne prévue le 4 juin, je dois le revoir afin de faire un bilan peu avant.

    Le 22 mai, des contractions, qui se rapprochent. En fin d’am, nous décidons de partir pour la maternité – moi, persuadée qu’ils allaient me donner quelque chose pour les arrêter. Sauf qu’arrivée là bas, un premier examen par une étudiante ne donne rien. La sage-femme expérimentée vérifie : contre toute attente, ma fille s’était retournée !! Echo pour vérifier, puis le gynéco arrive : « on vous garde jusqu’à ce qu’elle sorte – et demain, si elle n’est pas là, on vous déclenche »

    Elle naitra finalement par voie basse le 23 dans la nuit…

    Comme quoi, vous avez raison de vous préparer à cette césarienne mais votre bébé – je vous le souhaite – en décidera peut être autrement !

    Profitez bien de ces derniers instants uniques… et de tous ceux qui arriveront ensuite. Je suivrai votre aventure avec attention :)

  5. Violaine Post author

    Oui, l’important est de se préparer à toute éventualité et de bien savoir quelles sont les pratiques de la maternité dans laquelle on a prévu d’accoucher… c’est compliqué quand les rdv sont un peu à la chaîne mais ça vaut le coût d’être un peu reloue je trouve.
    Catherine, en discutant avec l’anesthésiste il m’a raconté qu’une patiente avait une césarienne programmée pour siège car bassin trop étroit, qu’elle avait eu une écho la veille de la césarienne et que le bébé se présentait toujours en siège…mais que le jour de la césarienne ils avaient contrôlé avant d’ouvrir et le bébé s’était retourné pendant la nuit ! Tout est possible c’est vrai !

  6. Pingback: récit de mon accouchement hors normes | il faut une fleur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *