tire-allaitement, mode d’emploi

J’ai bien conscience que cet article n’intéressera pas grand monde, mais je me dis qu’il peut faire beaucoup pour celles qui se sentiront concernées, car on se retrouve bien seule quand on n’a pas d’autre choix que de se tourner vers le tire-allaitement. Car personne ne sait ce que c’est, personne n’en parle, et surtout, peu de gens peuvent te conseiller dessus.

Donc je vais le faire, ou tenter, en prenant appui sur mes modestes trois mois et demi de tire-allaitement (qui est toujours en cours !).

1 – être bien entourée

Cela paraît bête car quand tu tires ton lait tu es toute seule, mais être bien entourée c’est important : tu as besoin d’être encouragée dans ton choix (qui n’est pas le plus facile) pour avoir le courage de continuer, tu as besoin d’être épaulée, pour garder bébé pendant que tu tires ton lait par exemple, pour te délester de certaines tâches et pouvoir te reposer. La motivation comme le repos sont très importants dans le tire-allaitement, car s’épuiser physiquement signifie très souvent épuiser son lait… Oui, la source peut se tarir si maman en fait trop !

Si tu cherches des conseils de professionnels, je te conseille de te tourner vers un ou une consultant(e) en lactation, car de mon expérience, les autres ne sont pas formé sur l’allaitement. Alors oui, ça coûte cher, mais tu es sûre d’avoir de bons conseils.

2 – choisir un bon tire-lait

C’est l’un des points les plus importants : un mauvais tire-lait donnera un mauvais tire-allaitement. Il faut un tire-lait électrique, à double pompage, et le meilleur c’est le Symphony de medela.

Symphony

Attention au choix de la taille des téterelles, on devrait pouvoir te conseiller au moment de le louer. Pour cela, il te faudra une ordonnance, et un joli chèque de caution. Alors oui, ça coûte cher, mais il faut savoir ce que l’on veut (comme je l’ai dit ce n’est pas la solution de facilité de tire-allaiter !)

3 – bien s’installer et se détendre

Cela paraît plus facile à dire qu’à faire, avec des téterelles accrochées aux tétons… et pourtant il le faut. Trouve un moyen de ne pas avoir à tenir les téterelles (moi je les pose sur mes genoux, c’est très mauvais pour mon dos… apparemment il y a une technique avec des élastiques et un vieux soutien-gorge) et occupe toi pendant que ça coule. Lis, joue sur ton portable… Pour ma part j’ai binge watché de nombreuses séries !

4 – être bien équipée

En plus du tire-lait, il te faudra des biberons et tétines, des sacs congélation, un égoutte biberon, et un goupillon. Et pour les déplacements ; une petite glacière, des pains de glace, pour garder les biberons au frais. Ce qui nous amène au point numéro 5.

tirelait

5 – l’hygiène c’est important

Parce que l’hygiène c’est important, il te faudra être très rigoureuse là-dessus, ou en tous cas passer ton temps à tout laver. Pour ma part : je rince les accessoires du tire-lait totalement démontés, à l’eau froide, je les fais tremper dans une grande bassine d’eau chaude avec un peu de liquide vaisselle, je frotte au goupillon, je rince le tout, puis je mets à sécher sur l’égoutte-biberon. Même chose pour les biberons. Très régulièrement, je vide ma grande bassine pour la remplir d’eau chaude et de jus de citron, et je fais tout bouillir pour stériliser mon matériel. (Attention à mettre un minuteur pour éviter les mauvaises surprises…ça m’est arrivé !)

A propos de la conservation des biberons de lait maternel, les avis divergent. Dans tous les cas, il faut les conserver au frigo, et les consommer rapidement. Je les range dans l’ordre du plus ancien au plus récent, et quand il y en a trop, je congèle (ça se garde quatre mois au congélateur). En théorie on ne redonne pas un biberon entamé, c’est pourquoi il vaut mieux éviter de faire de gros biberons. Dans la réalité, je garde le biberon au cas où ma fille redemanderait à manger peu de temps après (si c’est plus de deux heures après, je jette). Dans tous les cas, j’ouvre le biberon, je renifle toujours ce qu’il y a dedans : j’ai déjà eu de mauvaises surprises (et je suis sûre que ma fille a déjà bu du lait qui avait tourné ; j’ai l’impression d’être une mauvaise maman du coup, je m’en veux beaucoup, mais le fait est qu’elle va très bien).

Pour réchauffer le lait qui sort du frigo je place le biberon dans une mini casserole que je remplis d’eau chaude (vive ma bouilloire) : pas trop longtemps, je ne veux pas non plus que le lait cuise… Quand il sort du congélateur, je le laisse une journée dans le réfrigérateur pour qu’il décongèle tout doucement, et je réchauffe le sachet au bain marie quand j’en ai besoin avant de le mettre dans un biberon (sinon la crème du lait reste dans le sachet et ça fait des cacas verts !).

bassine

6 – avoir toujours du lait

C’est la grande angoisse de toutes les mamans allaitantes. Il faut savoir s’en détacher (facile à dire, je sais !) et comprendre comment fonctionne le sein : c’est la règle de l’offre et de la demande. Plus bébé demande de lait, plus le sein en produira. Donc quand tu veux avoir plus de lait, il faut tirer plus souvent (et imiter un bébé qui réclamerait souvent car il n’a pas assez mangé) : du coup, dans les jours qui suivent, le sein produira plus de lait pour répondre à la demande de bébé. Pour ma part, je tire toutes les deux heures quand je veux booster ma lactation, et toutes les trois heures quand la quantité est suffisante : il faut aussi que tes seins et tes tétons se reposent. C’est différent pour chaque maman, et comme je te l’ai dit au début, le stress a une grande influence sur la lactation. Donc si tu es stressée, si tu ne manges pas bien, si tu ne bois pas assez, etc… cela peut être des causes de diminution de ton lait.

J’ai un carnet où je note toutes les quantités bues par ma fille, et tirées par moi, avec les heures pour me repérer. A la fin de chaque journée je calcule le total bu par ma fille, et le total de ce que j’ai tiré. Cela permet de savoir si tu tires assez de lait pour nourrir bébé, et aussi de suivre ce qu’il mange, et ce que tu tires (si tu tires de moins en moins, il faut rapprocher les tirages, si c’est le contraire, tu peux lever le pied…) Et aussi : ça me rassure !

7 – les différents « soucis » que l’on peut rencontrer

Les soucis et le tire-allaitement c’est une grande histoire d’amour. Car de base, si tu tires-allaites, c’est que tu as eu des soucis !

Pour ma part j’ai eu des engorgements et mastites. Je ne suis pas experte là-dessus donc je ne vais pas me risquer à dire des bêtises. Cela me faisait une boule dure dans le sein, et ma quantité de lait tiré diminuait. Pour les mastites, j’avais un dépôt jaunâtre au fond des biberons… Il faut donc aller consulter dans ces cas-là. On privilégie des solutions qui ne font pas arrêter l’allaitement : cela dit, pour mes mastites, je n’en ai pas trouvé tout de suite. J’ai donc, plusieurs fois, du arrêter de donner mon lait pour suivre un traitement : je continuais de tirer mon lait donc j’ai à chaque fois pu reprendre le tire-allaitement ensuite. Finalement j’ai fini par trouver quelqu’un qui me prescrive un anti-inflammatoire compatible avec l’allaitement, alléluia ! Si tu as des doutes sur les traitements compatibles avec l’allaitement, tu peux aller consulter le site du crat.


Et voilà pour mes conseils. Le tire-allaitement, c’est dur, cela demande une grande implication : et oui on aimerait toutes que notre allaitement ait fonctionné comme pour d’autres (mais scoop : la vie est injuste !). Il faut l’accepter et ne pas trop repousser ses limites, savoir dire stop.

Pour ma part il est prévu que je tienne 4 mois de tire-allaitement exclusif, puis que je diminue progressivement pour que ma fille soit au lait artificiel au moment de la diversification (je me vois mal avoir l’énergie pour cuisiner de bonnes petites purées bio et continuer le tire-allaitement !).

Bon courage !

5 Replies to “tire-allaitement, mode d’emploi”

  1. Carine Camassa dit :

    Merci pour cet article qui m’aurait bien aidée au commencement de mon tire allaitement. Petites astuces pour gagner du temps : avoir plusieurs contenants et laisser les téterelles avec les connecteurs dans un sac hermétique type zyploc ou une boîte de conservation dans le réfrigérateur et laver le tout après le dernier tirage de la journée. Ensuite, la lactation étant bien établie à 3 mois, il est possible d’espacer le tirage de nuit sans toutefois dépasser 6 heures entre deux tirages.
    Et sinon, sur Facebook il y a un super groupe de soutien, conseils, encouragement : les tire-allaitantes (https://www.facebook.com/groups/231397927068859). Attention, il est fermé et il faut envoyer un message à l’admin pour y être acceptée mais c’est une vraie mine d’or : tableau de conservation du lait (8 jours max au frigo), remèdes homéo (mastite, baisse de lait, …), coup de pouce allaitement (bière sans alcool, fruits secs, etc…) et autres infos type couleurs et consistance du lait (non l’odeur ne signifie pas forcément que lait ait tourné mais indique peut être la présence de lipases) etc…
    Bon courage !

  2. salut,
    enfin quelqu’un qui en parle !!! j’ai dû tire-allaiter car ma fille ne prenait pas correctement le sein et ne se nourrissait pas assez… ce qui nous a valu quelques frayeurs (pas de prise de poids, bébé de plus en plus faible, de moins en moins de lait)… depuis ses 3 semaines je tire-allaite presque exclusivement et j’ai eu un mois exclusif. jusqu’à ma reprise du boulot à ses 3 mois ça marchait plutôt bien, mais depuis chute libre de la quantité… j’ai eu le 3/4 de la journée, puis la moitié, et là j’en suis au 1/4… soit à peine 210 ml par jour alors que j’avais 800ml à ses 3 mois, elle va en avoir 6 dans 3 semaines. mon but : essayer envers et contre tout de tenir jusqu’à ses 3 mois, et si possible jusqu’à ses 9 mois… mais c’est dur… avec le boulot, les trajets, transporter le symphony à vélo c’est lourd :) et les soucis quotidiens… voilà tt simplement merci d’en parler !!!! Bon courage à toutes !

  3. Bonjour Lauriane, je te souhaite bon courage pour continuer autant que tu le souhaites. Avec la reprise du boulot cela doit effectivement être compliqué. Pour ma part j’ai tenu jusqu’à ses six mois comme je le souhaitais et là je suis en train d’arrêter progressivement (elle aura bientôt 7 mois). Car cela a aussi un coût la location du symphony :) Et c’est vraiment un soulagement de ne tirer son lait que deux fois par jour !
    Pense aussi à toi et à te préserver… Ta puce a besoin d’une maman en pleine forme ! Si tu tires toujours aussi souvent, c’est sûrement le stress / la fatigue dus à la reprise du travail qui font baisser ta quantité de lait. Donc repos, relaxation… :) Et dis toi que tout ce que tu auras pu lui donner ce sera déjà génial… On est de super mamans ! ;)

  4. Bonsoir je ne savais pas que ça existait avant que je le fasse.mon petit ne grossis pas trop donc j’ai commencé à faire ça 1 semaine après avoir accouchée dur dans l’organisation. J’essaye de forcer 1 mois et demi mais j’ai l’impression de fac que ça.

  5. Effectivement il faut s’accrocher, dur dur de s’organiser et de ne pas sombrer. Je te souhaite bon courage si tu choisis de continuer : si non, pas de culpabilité, il faut aussi que bébé ait une maman en forme
    Plein de bonnes choses!
    Violaine

Laisser un commentaire