comment demain je ferai ma toute première rentrée, dos au tableau

Demain, 2 septembre, ne sera pas une rentrée comme les autres pour moi… : je serai dos au tableau. Officiellement. Et pour longtemps.

Cela faisait longtemps que je n’avais plus eu la boule au ventre, le stress du cartable, l’appréhension avant de découvrir ma nouvelle classe et mes nouveaux camarades. Et en même temps, je retrouve et redécouvre l’excitation engendrée par toutes ces nouveautés, par toutes ces possibilités qui s’offrent à moi, par toutes les surprises que cette année me réserve.

Je taille mes crayons, je choisis ma tenue avec soin, je prépare mon cartable, je relis mes notes.

Et j’angoisse.

doisneau3
Crédit photo © Robert Doisneau.

Serai-je à la hauteur ? Serai-je crédible dans mon rôle, moi, qui n’ai même pas d’enfant, et une parodie de formation ? Saurai-je gérer tous ces marmots de 3 ans découvrant l’école et, pour certains, la vie en communauté ? Saurai-je faire de ces enfants des élèves ? Saurai-je les aider à grandir et à s’épanouir ? Saurai-je faire de leurs parents mes alliés, mes partenaires ? Saurai-je les rassurer et les épauler dans leur rôle ?

Éviterai-je les flaques de pipi, cette fois ? Apprendrai-je à sécher les larmes ? A me faire respecter, à mener ma classe, à les amener tous sains et saufs jusqu’à la fin de la journée ? Serai-je capable de leur apprendre quelque chose, de mener à bien toutes les missions qui m’incomberont ?

Me sentirai-je enfin légitime, à ma place, dos au tableau ?

Et surtout, arriverai-je à laisser tous mes doutes, toutes mes angoisses, toutes mes peurs, toutes mes appréhensions, à la porte de la classe ?

Demain, 2 septembre, ne sera pas une rentrée comme les autres pour moi. Je serai dos au tableau. Ce sera moi, la Maîtresse !

9 Replies to “comment demain je ferai ma toute première rentrée, dos au tableau”

  1. « Il y a pire que l’imprévu, ce sont les certitudes ! » Daniel Pennac.

    Douter, se questionner, ça a parfois du bon, ça permet de prendre le bon (le meilleur) chemin au lieu de foncer tête baissée dans une impasse.
    Je ne te connais pas, mais à te lire ici, je crois que tu seras une bonne maîtresse. Belle première rentrée à toi.

  2. Merci beaucoup ! Je ne suis pas tombée sur le meilleur des binômes (je suis à mi-temps donc nous sommes deux à travailler avec cette classe), et la rentrée s’annonce donc difficile, tout comme l’année… Ton message fait chaud au coeur de bon matin

  3. Alors, comment s’est passée cette rentrée?

  4. Hmmm, je suis fatiguée mais pas trop mécontente ! J’ai la malchance d’avoir un binôme pas terrible pour bosser, mais toutes mes autres collègues sont sympas et m’épauleront pour ne pas me laisser bouffer par cette folle, l’inspectrice elle-même est au courant de son cas (oui ça va loin) donc j’essaie de rester positive et droite dans mes bottes… :)

  5. Bon courage à toi alors! Et comment sont tes loulous?

  6. Cela s’est bien passée ?

  7. Ca s’est bien passé, merci :) Pour la binôme folle, je fais avec, après tout il doit y en avoir beaucoup des comme ça dans l’EN ;p

  8. […] littéralement overbookée, il est resté bloqué à la case « brouillon ». Ma première année en tant que professeure des écoles aura été synonyme de surmenage. Sûrement que je trouverai le temps de te raconter tout ça […]

  9. […] m’exprime peu sur le sujet de la pédagogie, car en tant que toute jeune prof, j’estime que je n’ai pas trop mon mot à dire là-dessus. On peut penser que […]

Laisser un commentaire