comment j’ai arrêté la pilule (et pourquoi elle me manque) (un peu)

Bon. Comme tu le sais, j’ai arrêté la pilule. Au-delà de ce projet qui s’est invité dans notre quotidien, cela faisait quelques temps que je l’avais en ligne de mire, cette fameuse pilule. Saignements en dehors des règles, problèmes de tension, je me disais que toutes ces hormones n’étaient pas bonnes pour ma santé et je cherchais activement un remplacement.

Mon histoire de pilule ne remonte pas à hier. Je l’ai commencée vers mes 17 ans, et j’ai eu le droit pendant sept ans à la pilule générique de base, Trinordiol.

3724923006

Elle était remboursée par la sécu, elle semblait me convenir d’après les analyses sanguines, tout allait bien, jusqu’à ce que je me retrouve célibataire il y a quatre ans. Alors j’ai décidé de l’arrêter, parce que j’étais célibataire, à quoi bon se bourrer d’hormones pour rien ? Et puis ça ne pouvait pas me faire de mal, une petite pause. Curieusement, j’ai mis quelques mois avant de prendre cette décision : j’ai mis quelques mois à me rendre compte que ce geste de prise quotidienne n’était pas anodin et ne servait plus à rien. J’étais comme conditionnée, et c’est la première chose qui m’a fait peur.

Là où j’ai vraiment commencé à avoir les chocottes, c’est quand au bout de trois mois d’arrêt de cette première pilule, j’avais toujours mes règles le jour prévu, à l’heure prévue, et ce comme si j’étais toujours sous pilule… Flippant.

Et puis quelques mois plus tard j’ai rencontré celui qui m’a amenée à aller toquer chez ma généraliste pour reprendre la pilule. Oui, sauf que, on me la fait pas à moi, pas question de reprendre Trinordiol. Je lui ai demandé si elle n’avait pas une pilule moins forte en stock. Evidemment elle a minimisé mes peurs (ils font tous cela maintenant paraît-il) et m’a trouvé Leeloo Gé, la seule pilule micro dosée remboursée par la sécu.

PACK_LEELOO_HD_sansMerck-copie

Et ça a été moins cool qu’avec Trinordiol, j’avais ces fameux saignements entre les règles, j’ai failli ne pas passer la visite de contrôle pour entrer dans l’Education Nationale à cause de ma tension, je suis allée cette fois voir une gynéco… qui m’a remise sous Trinordiol. Et là j’étais blasée.

Je ne savais plus quoi faire, j’aurais même pu t’écrire un article s’intitulant Trinordiol ou Leeloo Gé : la Peste ou le Choléra. Finalement je n’ai jamais repris Trinordiol. Quand je suis arrivée à la fin de ma dernière plaquette de Leeloo, je n’avais vraiment pas envie de reprendre l’autre pilule, et c’est comme ça que nous avons décidé que je ne la reprendrais pas… j’ai donc complètement arrêté la pilule et je peux même dire que quelque part c’est un peu elle qui est à l’origine de notre projet de fonder une famille (en tous cas elle nous a donné le petit coup de pied au cul nécessaire pour prendre la décision).

ilfautunefleurblogNous en Bretagne il y a un peu plus d’un an <3

J’espérais (naïvement) que tout se passe très vite, mais le premier mois n’aura pas été fructueux. Et j’ai donc eu mes règles. EN AVANCE. (L’univers a lu mon dernier article et se moque de moi)

Et là… j’ai regretté la pilule. Oui, malgré tous mes questionnements sur les hormones, j’ai vraiment beaucoup regretté la pilule. Parce que tout à coup mes tampons étaient devenus trop petits pour contenir un flux qui avait doublé (triplé?). Parce que du coup je n’étais pas préparée à cela, et que j’ai enchaîné les accidents. Un matin on aurait dit que j’avais égorgé quelqu’un dans la salle de bain (un carnage). Parce que mes règles n’ont pas duré quatre jours… mais neuf. Parce que j’ai eu l’impression que mon utérus allait tous simplement tomber par terre quand je me levais, tellement j’avais mal au dos. Parce que mes hormones (et oui, c’est assez ironique, mes hormones à moi, pas celles de la pilule) m’en ont fait voir de toutes les couleurs avant, pendant, et après cette période.

Alors deux choses sont sûres :

  1. Leeloo, même si elle ne me convenait pas, était bien mini dosée, car dès l’arrêt j’ai retrouvé un cycle normal ! C’est-à-dire un des règles comme je n’en avais pas connu depuis 2005. *désespoir*
  2. Une fois notre projet mené à bien, je serai obligée de chercher une solution car même si prendre la pilule me gêne, sans elle mes règles sont juste invivables…

Heureusement j’ai quelques mois devant moi pour réfléchir à tout cela !

6 Replies to “comment j’ai arrêté la pilule (et pourquoi elle me manque) (un peu)”

  1. j’ai eu moi aussi trinordiol pendant des années…et j’ai eu de grandes difficultés pour la stopper. Je souffre beaucoup de mes règles aujourd’hui mais je ne la reprendrais jamais!
    Halte aux hormones vicieuses.
    Mais je te soutiens, je te comprends, et je dis à quand une véritable solution? (Non cancérigene, sans avc, une véritable solution quoi)
    A bientot!

  2. Je ne sais pas si ça existe…Il y a le DIU qui n’est pas hormonal mais je ne sais pas ce que ça donne au niveau des règles ! :/ Je pense que je verrai le moment venu, mais j’ai peur de retomber dans la facilité et de reprendre la pilule. Ou alors je me retrouverai avec 10 gamins héhé!

  3. La pilule…
    Je regrette tellement de l’avoir prise, et en même temps, j’ai tellement peur de l’arrêter :s
    Car oui, comme toi, mes règles durent des jours et des jours lorsque je suis sans pilule, comme toi, j’ai mal au dos ( d’après la gynéco, ce serait dû à un utérus incliné vers l’arrière), mais aussi mal de partout… Mais en même temps, les hormones chimiques, les coups de déprimes, sautes d’humeur et libido en berne, ce n’est plus pour moi… Il me reste une seule plaquette, je ne sais pas si je vais racheter ma pilule la prochaine fois :(

    bises !!

  4. J’ai aussi arrêté la pillule dès que j’ai pu. Tout simplement parce que pendant les 5 mois que je l’ai prise (de toute ma vie hein) bah j’ai perdu plus de 10kg et je crois bien que j’étais retombée en dépression perpétuelle.
    Du coup bah maintenant je vais nettement mieux.
    (Mon médecin m’a quand même sorti « ah mais vous inquiétez pas, vous êtes pas en sous-poids » quand je lui en ai parlé.)

    Cela dit quand on est en couple c’est bien pratique. Je refuse de reprendre une contraception basée sur les hormones mais à part ça y a pas beaucoup d’alternatives.

    En tout cas bon courage ;)

  5. je prends trinordiol depuis des année, je l’ai arrêté 1 an pour habituer mon corps a etre sans hormone pour qu’il soit prêt quand je voulais un enfant et j’ai eu des règles normales régulières avec un cycle long mais c’était déjà le cas avant pilule; je continu de la prendre et j’en suis contente, pas de prise de poids je fait tjs 50 kg bon 51kg depuis mes 19 ans apres une grossesse et j’ai 30 ans maintenant

  6. Salut,

    J’ai écrit plusieurs articles sur e sujet de l’arrêt de la pilule (qui m’a causé pas mal de soucis non plus^^) et je ne sais pas maintenant depuis combien de temps tu l’as arrêtée cette pilule mais perso j’ai aussi eue de grosses règles au début et puis en un an ça a beaucoup diminué donc si jamais, ça va peut-être arriver :-)
    Quoi qu’il en soit je reste persuadée que c’est mieux de rester au naturel et que malheureusement si l’on remet les choses dans l’ordre ce sont plutôt les pilules qui nous ont déréglées ou donné de mauvaises habitudes, certaines mettront parfois des années avant que leur hormones retrouvent leur équilibre naturel et c’est alors bien la pilule à mon avis qu’il faut blâmer et non pas notre nature (qui ne serait peut-être pas en train de nous le faire payer si on le l’avait pas prise). Bien sûr je ne suis pas du tout anti-pilule si la femme ne doit pas avoir de moyen de contraception c’est bien en attendant mieux mais ça fait trop de dégâts quand on l’arrête cette pilule…

Laisser un commentaire